Project « for the web »

Publié par

C’est officiel, après Project Home, Roadmap, Microsoft lance Project « for the web ».
Peut-on parler d’un nouveau Project ? Pas tout à fait.
Pourquoi ? Car Project Online continuera à exister et à vivre sa vie.

D’un point de vue technique, les 2 applications restent indépendantes  :

  • L’une, Project Online, fonctionne sur un socle  SharePoint Online et dispose du client riche Project Professional
  • L’autre, Project for the web, est une application web basée sur Microsoft Power Platform (PowerApps, Flow, Power BI) et l’ensemble des données est stocké dans le fameux Common Data Service (CDS).

Microsoft est d’ailleurs très clair à ce sujet comme le montre le schéma suivant :

31_01

On peut donc considérer qu’il s’agit plus d’un nouveau point de départ, qui mènera progressivement au remplacement de Project Online.


Dans cette nouvelle mouture, Microsoft fait le pari de la simplicité avec des interfaces très épurées et une grande facilité d’utilisation.
Tout est simplifié, de la planification aux affectations de ressources, en passant par le partage d’informations.

3 vues sont proposées aujourd’hui :

  • La grille : une représentation proche d’Excel permettant une saisie rapide des informations
    31_02
  • Le tableau : un affichage proche du Kanban permettant une visualisation des activités par état, progression, date de fin
    31_03
  • La chronologie : une diagramme de Gantt plus traditionnel permettant de manipuler les différentes activités dans une vue chronologique
    31_04

Le détail de chaque activité est disponible dans une vue latérale reprenant les principales caractéristiques (nom, début, fin, durée, % d’avancement, travail, dépendances)

31_05

Quelques précisions :

  • L’équipe projet est gérée via un groupe Office 365 et l’on peut associer un groupe à plusieurs projets
  • Il est possible de faire des modifications simultanées
  • Des passerelles entre Project Online et Project for the web sont envisageables via Flow par exemple.

De nombreux changements se situent également face cachée de l’iceberg.
Comme je le disais plus haut, exit SharePoint Online, place au Common Data Service (CDS).
L’ensemble des objets est stocké dans ce CDS et accessible via Dynamics/PowerApps.

31_06

Cela promet d’énormes possibilités en terme d’extensibilité grâce aux briques Flow, PowerApps et Power BI.

31_06b.png

Flow permet la mise en place de workflows et d’une logique métier directement sur les objets du CDS (projets, ressources, etc.).

PowerApps ouvre d’importantes possibilités en terme de personnalisation :

  • Création de nouveaux objets métier
  • Création de nouvelles interfaces utilisateurs
  • Modification des interfaces utilisateurs natives
  • Echanges de flux d’informations
  • Etc…

La connexion avec Power BI est évidemment native et permet une exploitation immédiate des données :

31_07


Même si le produit peut paraître assez simple aujourd’hui, les perspectives d’évolution et les capacités de personnalisation sont très impressionnantes et devraient faciliter l’adoption.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.